Exercices

1. Nommez les formes temporelles employées dans les subordonnées; expliquez leur choix:

Ils savaient tous, en effet, que son père était grec. (Ac 16, 3) Nous avons décidé unanimement de choisir des délégués que nous vous enverrions avec nos chers Barnabas et Paul. (Ac 15, 26) Il installa dans la Maison de Dieu l'idole sculptée qu'il avait faite. (2 Ch 33, 7) Quand il eut saisi la chaîne, il ne put même pas la tirer assez pour la décrocher. (V. Hugo) Dès qu'il a eu commencé, tous les garçons l'ont suivi. Quand il avait gagné, il s'offrait un bon dîner.

2. Dans les phrases suivantes, mettez les verbes en italique au passé simple de l'indicatif ou au subjonctif imparfait, suivant le cas:

Désiré le fort, Désiré le résolu tremblait pour peu que retentir la voix de son père. (Duhamel) Bien que le ciel être couvert, l'éblouissante blancheur qui recouvrait la terre lui faire cligner les yeux. (J. Carrière) Il parla ainsi sans qu'il avoir souci des pauvres. (Jn 12, 6) Les grands prêtres dès lors décider de faire mourir aussi Lazare, puisque c'était à cause de lui qu'un grand nombre de Juifs les quittaient et croyaient en Jésus. (Jn 12, 10-11) Saisies de crainte, elles baissaient le visage vers la terre quand ils leur dire: Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts? (Luc 24, 5) Pourvu qu'on la laisser seule errer dans son beau jardin, elle ne se plaignait pas. (Stendhal) Et que voulait la voix céleste? Qu'elle délaisser cette mère, cette douce maison.(Michelet)

3. Dans les phrases ci-dessous remplacez les verbes en italique par le subjonctif demandé par la forme temporelle du verbe de la principale et par la logique interne de la phrase:

On craignait que nous n'avoir pas le temps de vous avertir et que nous attendre en vain. Il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en savoir rien. (Molière) Il était bon qu'il être puni. Aristide avait été juste avant que Socrate dire ce que c'était que la justice. (J.-J. Rousseau) Je demanderais parfois une heure dans une compagnie sans qu'on me regarder et qu'on me mettre en occasion d'ouvrir la bouche. (Montesquieu) Après le désastre de Messine, on craignait que la peste ne se répandre en Sicile.

4. Montrez que dans les phrases suivantes, on a mis le verbe des subordonnées au temps qu'exige le sens. Pourquoi a-t-on employé le présent et l'imparfait du subjonctif.

Il ne manque à l'oisiveté du sage qu'un meilleur nom, et que méditer, parler, lire, et être tranquille s'appelât travailler (La Bruyère) Aux vertus qu'on exige d'un domestique, Votre Excellence connaît-elle beaucoup de maîtres qui fussent dignes d'être valets? (Beaumarchais) Ils retournaient chez eux en attendant qu'ils puissent oublier tout. Mon frère a consenti que je suive son choix. (Corneille) J'ai fait en sorte qu'il n'apprenne pas son malheur pendant la convalescence.

5. Mettez en français les phrases suivantes:

S-au întrebat mulţi de ce a scris Fericitul Augustin lucrarea Mãrturisiri. Iatã ce spune el însuşi: "Cui istorisesc eu acestea? Nu ţie, Dumnezeul meu, ci în faţa Ta, mã adresez neamului meu, neamului omenesc, oricât de micã ar fi partea celor care pot sã dea peste aceste rânduri. Şi de ce aceasta? Pentru ca, desigur, eu şi oricine citeşte acestea, sã cugete din ce abis trebuie sã strigãm cãtre Tine. Cãci ce este mai aproape de urechile Tale, decât o inimã mãrturisitoare şi o viaţã în armonie cu credinţa."

Am gãsit în Mãrturisiri ceea ce oricine aşteaptã de la un text: înalţã inima şi mintea omului spre Dumnezeu.