Remarques

1. Il n y a pas de pèlerinage sans "lieu"… dit sacré ou saint - il n'y a pas seulement un "lieu sacré", mais aussi un temps sacral. Pour la grande tradition pèlerine, le pèlerinage ne se situe pas n'importe quand dans le temps; la plénitude du pèlerinage se vit dans un espace sacral en un temps sacral. La liturgie ou la tradition imposent le jour du pèlerinage.

2. Transmutation de l'homme, transmutation de l'espace - le christianisme est consécration de l'histoire humaine par l'Incarnation divine. Consacrés par les pas du Fils de Dieu, les Lieux Saints ne font que transmuer l'histoire en l'éternel.

3. L'espace pèlerin, il faut le parcourir à pied - la marche à pied a un sens prophétique et apostolique; il transmet la profondeur du message. Jésus-Christ lui-même marchait à pied pour enseigner et guérir, les apôtres aussi.

4. Le lieu sacré doit être le lieu de la plénitude - à certaines époques, les grands pèlerinages de la chrétienté ont été des pèlerinages sans retour, l'accomplissement entier devant être de trouver, au terme d'un chemin chargé de tant d'épreuves, le repos éternel et l'attente du salut à venir. C'est dans ce sens qu'il faut entendre l'élection de Jérusalem.