Exercices

1. Expliquez, en fonction du contexte, le sens des termes: source, eau vive, soif. Trouvez un rapprochement avec le sens des termes vie et âme humaine.

2. Faites des phrases avec les mots: atteindre, attendre, entendre, éteindre, étendre.

3. En vous aidant des synonymes expliquez les différents sens des mots saisir et exaucer.

4. Remplacez les points de suspension par le pronom relatif qui convient:

Cette flamme d'amour … la lumière peut être toute fragile, brûle pourtant. Cette flamme … illumine notre âme est l'œuvre du Saint-Esprit. C'était la saison tardive … l'on coupe ces fougères … forment la toison des coteaux roux. (P. Loti) Le chemin par … nous sommes passés est certainement le plus court. Le garçon … vous avez rencontré pourrait bien être mon frère. Il pleure la mort deil aime. L'impasse dans … il s'était engagé était bordée de vieilles maisons toutes fleuries. Voilà mon ami avec … je viens de faire une excursion à la montagne. Les bœufs attelés traînaient ces chariots lourds … les roues sont des disques pleins, comme celles des chars antiques. (P. Loti) L'éloquence est un don de l'âme, … nous rend maîtres du cœur et de l'esprit des autres. (La Bruyère) L'ami … je parle est un grand musicien. Je m'approche de la fenêtre, contre …. je bats du bout des ongles un joli roulement … j'excelle. Mais j'attends un char … passe, un chien … aboie. Je veux voir ce … c'est. (Topffer) Peut-être sont-ils différents de ce … nous supposions.

5. En vous inspirant du modèle ci-dessous, formez avec chacun des groupes nominaux suivants une phrase dans laquelle la subordonnée relative sera au subjonctif. Efforcez-vous de varier le verbe introducteur:

un masque qui fait peur ® Je cherche un masque qui fasse peur.

un itinéraire qui n'est pas trop encombré - une infirmière qui se rend à domicile - un interprète qui connaît l'italien - un héritier qui épouse la fille du Pharaon - les gens qui pratiquent la divination - celui qui bénit le Dieu des dieux.

6. Dans les phrases suivantes, précisez la fonction de dont à l'intérieur de la subordonnée relative.

La vaste salle était ornée de gros tonneaux peints en jaune clair dont les cercles et les cannelles de cuivre luisaient. (Émile Zola) On voyait parfaitement la façade du château dont quelques fenêtres s'éclairaient d'une lueur rouge. (Th. Gautier) À droite se dressait une espèce de muraille verdâtre, dont le courant ne permettait de se rapprocher qu'avec lenteur. (P. Benoit) Je pris pension, pour mes repas, dans une sorte de restaurant d'été, au bord du lac, et dont, vu la saison peu avancée, je restai, tout le mois durant, le seul hôte. (A. Gide) Dans le cabinet de mon père, je découvrais les auteurs mêmes dont ces livres parlaient. (A. Gide)

7. Remplacez chacune des subordonnées relatives par une tournure équivalente: épithète, complément du nom, apposition.

Un élève qui ne fait pas attention - un vent dont la violence est inouïe - Gutemberg, qui inventa la première presse à imprimer - une revue qui paraît tous les trois mois - un col auquel on accède difficilement - M. Frost qui nous enseigne l'anglais - une attitude que l'on ne peut comprendre - une fleur qui ne dure pas.

La forêt qui gémit pleure sur la bruyère. (Musset) Athalie entendit le bruit du peuple qui accourait et acclamait le roi. (2 Ch 23, 12) C'est une attitude que l'on ne peut comprendre. Eiffel, qui construisit la fameuse tour de Paris, fut l'un des meilleurs spécialistes mondiaux de la construction métallique. Il a annulé le document qui accusait que les commandements retournaient contre nous. (Col 2, 14) C'est un problème que l'on ne peut pas résoudre.

8. a) Lisez les phrases suivantes en tenant compte de la ponctuation. Chacune de ces phrases comporte une subordonnée relative: s'agit-il d'une relative déterminative (qui contribue à l'identification référentielle de l'antécédent) ou d'une relative explicative (qui apporte une précision complémentaire, de circonstance)?

Les élèves, qui avaient vu tomber la neige, sont sortis de l'école comme des fous. Mon frère, qui allait à la gare, s'est aperçu qu'il avait égaré son billet. Maxime, qui est pourtant le plus jeune de nous deux, mesure trois centimètres de plus que moi. Valérie, qui épluchait les oignons, pleurait comme une Madeleine. Les alpinistes, qui gravissaient une pente dangereuse, ont été surpris par l'orage. La moto, dont le moteur tournait à plein régime, se cabra sous le choc. Cette nouvelle lessive, dont de nombreux panneaux publicitaires vantent les mérites, n'est pas meilleure que les autres.