Lecture

CROIS-TU CELA?

La confession de foi chrétienne, telle qu'elle fut établie par les conciles de Nicée et de Constantinople, est donc lue maintenant.

Elle débute par ce mot: "Je crois". Qu'est-ce que croire? Il ne s'agit pas d'une adhésion purement intellectuelle à certaines doctrines. Il s'agit de l'acte de foi authentique, accompli sous l'influence de la grâce divine, portant sur des vérités révélées et inaccessibles à la seule raison humaine, et émis par nous dans des dispositions intimes de confiance et d'obéissance absolues. On peut avoir des croyances correctes et manquer cependant de cette attitude intérieure qui constitue la foi qui sauve.

En quoi croyons-nous? Nous répétons les "articles de foi" et les vieux mots du IVe siècle, et, à ces sources anciennes, nous pouvons encore puiser des forces nouvelles. Mais il faut que notre croyance, loin d'être une liste sèche de notions abstraites, soit, en chacun de ses articles, un mouvement de l'âme, un élan vers Dieu, un appel.

Nous croyons dans le Dieu créateur. Nous adorons ses intentions par rapport à l'univers créé, à tous les éléments de cet univers, et à la future restauration en Christ d'un monde qu'une chute a rendu captif; et nous n'attribuons à notre Dieu aucun des maux qu'il combat avec nous et qui sont dus à la révolte d'une puissance devenue puissance des ténébres.

Nous croyons en Jésus-Christ, Fils unique et éternel du Père, de même nature que le Père. En lui et par lui, nous voulons devenir fils adoptifs du Père. Nous voulons l'adorer et l'aimer non seulement dans sa nature divine, mais dans la nature humaine qu'il a assumée du Saint-Esprit et de la Vierge Marie. Nous voulons devenir participants de la Rédemption achevée sur la croix, de la Résurrection et de l'Ascension de notre Seigneur et Sauveur Jésus. Nous aspirons avec ferveur à son retour et à son règne.

Nous croyons en l'Esprit saint et vivificateur, procédant du Père. Nous voulons chercher la lumière dans la Révélation écrite et orale qu'il a inspirée et dans son action toujours présente parmi nous.

Nous croyons en l'Église universelle, issue des saints apôtres. Nous nous unissons à tous ses membres, non seulement à ses membres visibles, mais à ses membres invisibles, à toutes les âmes de bonne volonté, qui, sans savoir les nommer, demandent implicitement au Christ et reçoivent de lui, tout ce qui en elles est vrai, bon et beau, et par lui secrètement baptisé.

(Un moine de l'Église d'Orient, L'offrande liturgique, Paris, Les Éditions du Cerf, 1988, pp 39-40)