Page précédente

    Page suivante

    Lecture

    Commentaire

     Remarques

     Vocabulaire

     Expression orale

     Expression écrite

     Exercices

LA VIE DES SAINTS OU TENDRESSE ET SAINTETÉ

Il y a bien de la différence, enseigne saint Grégoire Palamas, entre lire un livre sur le soleil et jouir de sa lumière; de même, les saints n'ont pas seulement lu et accepté l'Écriture, mais ils ont vécu, dans sa totalité, la vie de l'Évangile, l'ascèse et la pauvreté et ils ont fait l'expérience même qui est celle des Prophètes et des Apôtres et que décrit la Bible: celle de la déification. C'est pourquoi ils sont devenus les modèles et les instructeurs du peuple chrétien.

Lire la vie des saints, c'est confesser que le christianisme n'est pas une doctrine abstraite et purement intellectuelle, mais une philosophie nouvelle, vécue, incarnée dans des personnes concrètes, dans ceux qui ont "allumé le feu du Saint-Esprit, le flambeau de leur être" et qui éclairent tous ceux qui désirent la lumière.

Dans la personne du saint, par sa disponibilité dans les relations, par son extrême attention à l'autre, par la promptitude avec laquelle il se donne au Christ, l'humanité est guérie et renouvelée. Comment cette humanité renouvelée se manifeste-t-elle concrètement? Le saint laisse percevoir à l'égard de chaque être humain un comportement empreint de délicatesse, de transparence, de pureté dans la pensée et les sentiments. Sa délicatesse s'étend même aux animaux et aux choses, parce qu'en toute créature il voit un don de l'amour de Dieu et qu'il ne veut pas blesser cet amour, en traitant ces dons avec négligence ou indifférence. Il respecte chaque homme et chaque chose. Si un homme souffre, ou même un animal, il leur manifeste une compassion profonde.

Saint Isaac le Syrien dit de la compassion du saint: "Que veut dire une âme, un cœur rempli de compassion? C'est un cœur qui brûle pour chaque créature: pour les hommes, pour les oiseaux, pour les animaux, pour les serpents, pour les démons. Leur souvenir et leur vue font verser des larmes aux saints. Et la compassion immense dont déborde le cœur des saints les rend incapables de supporter la vue de la plus petite blessure, même insignifiante, chez une créature. Aussi prient-ils en tout temps avec des larmes même pour les animaux, pour les ennemis de la vérité et pour ceux qui leur font du mal".

Dans la tendresse de leur comportement les saints s'inspirent de la "kénose" du Christ. Ils sont les précurseurs de ce niveau futur de l'humanité où régnera dans les relations humaines la tendresse. Ils sont doués d'une sensibilité nourrie et affinée par la sensibilité du Dieu fait homme pour les hommes à laquelle ils ont part.

Du saint rayonne toujours un esprit de générosité, d'abnégation, de participation, sans aucun souci de soi. C'est une chaleur qui réchauffe les autres. Par ailleurs, personne n'est plus humble que lui, plus libre de ce qui est artificiel.

Les saints sont parvenus à la pure simplicité, parce qu'ils ont dépassé en eux toute dualité, toute duplicité, dit saint Maxime le Confesseur. Ils ont dépassé la lutte de l'âme et du corps, des bonnes intentions et des œuvres qu'ils accomplissent, des apparences trompeuses et des pensées cachées, de ce qu'ils prétendent être et de ce qu'ils sont en fait. Ils se sont simplifiés parce qu'ils se sont donnés entièrement à Dieu. C'est la raison pour laquelle ils peuvent se donner entièrement aux hommes aussi dans leurs relations avec eux. S'ils évitent parfois d'appeler brutalement par leur nom leurs faiblesses, ils le font pour ne pas les décourager et pour qu'en eux-mêmes aussi grandissent la pudeur, la délicatesse, la reconnaissance, la simplicité et la sincérité.

Les saints encouragent toujours. Parfois ils diminuent pour cela les proportions exagérées que par leur imagination les hommes donnent à leurs faiblesses, à leurs péchés et à leurs passions. Mais ils réduisent aussi, l'orgueil des autres avec un humour délicat. D'autres fois, face aux actes immoraux et aux passions condamnables ils manifestent leur sérieux, mais ils n'inspirent pas de frayeur. [...]

Par son humilité le saint passe presque inaperçu, mais il se rend toujours présent lorsqu'on a besoin d'appui, de consolation, d'encouragement. Il reste auprès de celui que tous abandonnent. Pour lui aucune difficulté n'est insurmontable, aucun obstacle invincible, lorsqu'il s'agit de tirer quelqu'un d'une situation désespérée. Il montre alors une force et une habileté étonnantes, associées à un calme et à une confiance inébranlables, parce qu'il croit fermement dans le secours de Dieu, demandé dans une prière instante.

Il est l'être le plus humain et le plus humble, mais en même temps, il est une figure inaccoutumée et surprenante. Il provoque chez les autres le sentiment de découvrir en lui, et en eux par lui, l'humanité véritable. Dans sa tendresse, dans sa douceur et dans son humilité on perçoit une puissance qu'aucune puissance terrestre ne peut fléchir pour le faire déchoir de sa pureté, de son amour pour Dieu et pour les hommes, de sa volonté de se donner à Dieu totalement et de servir les hommes pour les aider à se sauver. Celui qui approche un saint découvre en lui le sommet de la pureté et de l'humilité, recouvert du voile de l'humilité. Son élévation coïncide avec sa proximité. Il est l'illustration de la grandeur dans la kénose ou dans l'humilité.

Le saint a triomphé du temps tout en étant intensément présent au temps. Il a ainsi atteint la plus grande ressemblance avec le Christ, qui tout en étant aux cieux est avec nous en même temps avec la plus grande efficacité. Le saint porte le Christ en lui avec la puissance invincible de son amour pour le salut des hommes. Il est une personne engagée dans un dialogue totalement ouvert et incessant avec Dieu et avec les hommes, Il est la claire transparence de l'aurore de la divine lumière éternelle où l'humanité atteindra sa perfection. Il est le reflet intégral de l'humanité du Christ.

(d'après Dumitru Stãniloae, Prière de Jésus et expérience du Saint-Esprit, Desclée De Brouwer, 1981, pp. 21-33)

    Page précédente    Sus     Page suivante


© Universitatea din Bucuresti 2003. All rights reserved.
No part of this text may be reproduced in any form without written permission of the University of Bucharest, except for short quotations with the indication of the website address and the web page.
This books was first published on paper by the Editura Universitatii din Bucuresti, under ISBN 973-575-635-8.
Comments to:    Lucretia VASILESCU :: Last update: October, 2003 :: Web design&Text editor:    Monica CIUCIU