Mariana TUTESCU, L'Argumentation
Introduction à l'étude du discours

Page précédente l Sommaire l Auteur l Home l Page suivante


Chapitre IV
ARGUMENTATION ET DÉMONSTRATION

 

          0. Ensemble de stratégies discursives visant à l'adhésion du destinataire, l'argumentation est basée sur une logique discursive.

          Néanmoins, il faut distinguer, dès le début, le propre de l'argumentation du propre de la démonstration.La distinction DÉMONSTRATION /vs/ ARGUMENTATION se ramène à la distinction plus générale LANGAGE(S) ARTIFICIEL(S) /vs/ LANGAGE NATUREL, ou, à celle plus précise RAISONNEMENT /vs/ LOGIQUE NATURELLE.

          Un raisonnement est un « discours tel que, certaines propositions étant posées [en laissant en suspens la question de leur vérité et de leur fausseté] et par cela seul qu'elles sont posées, quelque autre proposition en résulte soit nécessairement, soit de façon plus ou moins probable » (R. BLANCHÉ, 1973: 12 - 13 ).

          Parmi les raisonnements, la déduction est l'objet d'un théorème en logique. Une déduction est une suite de propositions obtenues à partir des propositions initiales (hypothèses) à l'aide d'une règle (éventuellement de plusieurs) ; la dernière proposition de la suite est appelée conclusion. Une démonstration est une déduction pour laquelle on n'a pas d'hypothèses autres que les axiomes de la théorie.

          ARISTOTE, au début des Topiques, distinguait deux types de raisonnement: la démonstration, d'une part, et le raisonnement dialectique, de l'autre. Pour lui, la démonstration a pour point de départ ou prémisses des connaissances « vraies ou premières », c'est-à-dire certaines. Au contraire, le raisonnement part des prémisses qui sont seulement des opinions admises.

          La perspective dans laquelle se plaçait ARISTOTE en établissant cette distinction était celle du raisonnement déductif. Celui-ci part de propositions initiales et conduit, lorsqu'il est rigoureusement mené, à des conséquences qui en résultent nécessairement. seule différence entre démonstration et raisonnement dialectique tiendrait à la nature des prémisses, non à la procédure de déduction proprement dite, qui serait commune aux deux formes.

          Les choses ne sont pas si simples. Les historiens admettent qu'ARISTOTE a élaboré sa théorie du raisonnement déductif - qui est essentiellement sa théorie du syllogisme - après avoir écrit l'essentiel de son étude du raisonnement dialectique (qui figure dans la suite des Topiques).

          Or, le point de départ de cette étude se trouve dans la réflexion sur les échanges qui interviennent dans la discussion et - comme le mot le suggère - le dialogue » (P. OLÉRON, 1983: 33 - 34).

          On sait qu'ARISTOTE concevait la dialectique comme l'art de raisonner à partir d'opinions généralement acceptées. Le terme de 'dialectique' a désigné pendant des siècles la logique elle-même. Pourtant, depuis HEGEL et sous l'influence des doctrines qui s'en sont inspiré, il a acquis un sens fort éloigné de son sens primitif et qui fut généralement accepté dans la terminologie philosophique contemporaine.

          Néanmoins, l'esprit dans lequel l'Antiquité s'est occupé de dialectique et de rhétorique tenta de concilier la dimension logique avec la dimension sociale. C'est cette direction de pensée qui fit fortune dans la théorie moderne de l'argumentation.

 

Page précédente l Sommaire l Auteur l Home l Page suivante

© Universitatea din Bucuresti 2003. All rights reserved.
No part of this text may be reproduced in any form without written permission of the University of Bucharest, except for short quotations with the indication of the website address and the web page.
This book was first published by Editura Universitãţii din Bucureşti under
ISBN 973-575-248-4
Comments to: Mariana TUTESCU
Last update: February, 2005
Web design&Text editor: Monica CIUCIU