Mariana TUTESCU, L'Argumentation
Introduction à l'étude du discours

Page précédente l Sommaire l Auteur l Home l Page suivante

 

4. L'ARGUMENTATION

 

           1. L'ARGUMENTATION est basée sur l'acte de discours CONVAINCRE (persuader, faire croire). Ce type textuel / discursif vise à emporter l'adhésion des destinataires ou sujets argumentés aux thèses qu'on présente à leur assentiment. Il conduit donc foncièrement vers une conclusion.

           Les participants aux macro-actes de discours qui forment le type argumentatif (DA) sont l'ARGUMENTATEUR (ou le sujet argumentant) et l'ARGUMENTAIRE (ou le sujet argumenté).
 
  DA
 
X
 ———————————————>
Y
ARGUMENTATEUR   ARGUMENTAIRE en t0

           Une argumentation est un « type de discours qui vise à modifier les dispositions intérieures de ceux à qui il s'adresse (les argumentés) » - écrit M. CHAROLLES (1979: 55 - 75).

           La schéma général du texte argumentatif pourra être:

PRÉMISSE

        

           ARGUMENT(S)

         

           (Alors) CONCLUSION

           THÈSE

           Ce schéma n'est pourtant pas canonique du point de vue séquentiel: la thèse peut se trouver en fin ou au début du texte, cette thèse peut être explicitée ou implicite, l'ordre des arguments peut varier, etc. Le texte argumentatif a une structure enthymémique.

           Un texte / discours argumentatif repose sur un ensemble syntactico-sémantique de schèmes argumentatifs. Sa structure logico-déductive, faite de raisonnements argumentaifs, est étroitement liée à sa dimension perlocutoire. Soit la classique pensée de PASCAL:

          (1) L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature; mais c'est un roseau pensant. Il ne faut pas que l'univers entier s'arme pour l'écraser: une vapeur, une goutte d'eau, suffit pour le tuer. Mais, quand l'univers l'écraserait, l'homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu'il sait qu'il meurt [...] .

           Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C'est de là qu'il faut nous relever et non de l'espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser: voilà le principe de la morale.

           On y remarque l'enchaînement logique des propositions qui forment un schéma justificatif aboutissant à une conclusion générale.

           La prémisse l'homme n'est qu'un roseau, le plus faible... se voit corrigée par mais c'est un roseau pensant, proposition introduite par le connecteur argumentatif mais, de nature à instaurer déjà le schéma argumentatif du texte, sa valeur polémique. La polyphonie se fait voir dès ce premier schéma, puisque l'énonciateur de la proposition l'homme n'est qu'un roseau, s'il n'est pas totalement différent du locuteur, il marque en tout cas un dédoublement des instances ou voix énonciatives. Avec la proposition Il ne faut pas que l'univers entier s'arme pour l'écraser... commence la justification de la thèse centrale: faiblesse physique de l'homme doublée de la force de sa pensée. L'argumentation par l'exemple: une vapeur, une goutte d'eau suffit pour le tuer crée un schème argumentatif orienté vers la conclusion « l'homme est faible physiquement ». Un second mais, de réfutation et compensatoire, cette fois-ci, introduit la conclusion: « l'homme est fort par sa pensée »: Mais quand l'univers l'écraserait, l'homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu'il sait qu'il meurt. La séquence explicative parce qu'il sait qu'il meurt est la justification causale de la puissance spirituelle de l'homme.

           La conclusion générale du texte, la thèse du plaidoyer est que toute la dignité de l'homme consiste en la pensée. Donc, connecteur conclusif, marqueur d'un acte d'inférence, témoigne explicitement de la clôture du texte, de sa visée actionnelle et perlocutionnaire. La valeur morale du discours, sa conclusion argumentative finale, son inférence didactique sont clairement exprimées dans la dernière proposition:

          Travaillons donc à bien penser: voilà le principe de la morale.

           L'argumentation est ainsi étroitement liée à une joute polémique, argument pour et argument contre se marient harmonieusement.

          2. Le type argumentatif apparaît surtout dans le discours de propagande, les discours politiques et syndicaux, le discours juridique, la publicité, la vie quotidienne.

           C'est que - comme le note P. OLÉRON - l'argumentation fait partie de notre vie quotidienne. « Il n'est guère de pages d'un journal, de séquences à la radio ou à la télévision qui n'exposent ou ne rapportent les arguments d'un éditorialiste, d'un invité, d'un homme politique, d'un auteur, d'un critique... Les textes ou présentations explicitement publicitaires argumentent pour justifier l'achat ou la consommation d'une marchandise ou de quelque produit culturel. À l'égard de ceux-ci, des magazines ou des chroniques spécialisées se livrent à des examens critiques qui font apparaître qualités ou faiblesses et incitent à les adopter ou les rejeter. Et même la description d'événements, voire la présentation d'images sont parfois des arguments implicites en faveur de thèses que l'habileté de leurs défenseurs conduit ici à ne pas démasquer davantage.

           Chacun de nous, par ailleurs, à divers moments, en diverses circonstances, est amené à argumenter, qu'il s'agisse de plaider sa cause, de justifier sa conduite, de condamner ou de louer amis, adversaires, hommes publiques ou parents, de peser le pour et le contre d'un choix ou d'une décision. Et il est la cible d'arguments développés par d'autres dans les mêmes contextes, sur les mêmes sujets (P. OLÉRON, 1983: 3 - 4).

           Le discours argumentatif sous-tend tous les autres types de discours: narratif, explicatif, descriptif, conversationnel, injonctif, figuratif. Nous concevons donc le discours argumentatif comme prototypique. Cette hypothèse sera défendue dans le chapitre suivant.

Page précédente l Sommaire l Auteur l Home l Page suivante

© Universitatea din Bucuresti 2003. All rights reserved.
No part of this text may be reproduced in any form without written permission of the University of Bucharest, except for short quotations with the indication of the website address and the web page.
This book was first published by Editura Universitãţii din Bucureşti under
ISBN 973-575-248-4
Comments to: Mariana TUTESCU
Last update: February, 2005
Web design&Text editor: Monica CIUCIU